Aller au contenu

Voyage dans l’Attique : Athènes et la belle île de Cythère

  • par
île de Cythère en Grèce

Il est temps de reprendre un peu du service sur ce blog. Et quoi de mieux pour justement se remettre en selle que de partir en voyage. Je vous propose de nous rendre dans l’Attique en Grèce et de faire un tour à Athènes et puis sur la magnifique île de Cythère. Tout d’abord, et puisqu’on aime ça, nous allons parler un peu de mythologie. La légende de l’Attique commence par une rivcanalité entre Athéna et Poséidon. Tous deux souhaitaient être les protecteurs de cette péninsule, mais incapables de décider entre eux qui aurait cet honneur ils demandèrent à Cécrops le premier roi du territoire d’être l’arbitre de leur rivalité. Le combat, si l’on peut dire, a eu lieu là où est désormais érigé le Parthénon à Athènes. Poséidon frappa l’Acropole de son trident et fit jaillir de ce lieu sacré un étalon noir invincible au combat ou selon d’autres légendes, une source d’eau salée ; Athéna choisit quant à elle d’offrir à la région un olivier. Cécrops jugea que le cadeau de la déesse était une meilleure offrande pour son peuple. Elle devint alors la protectrice d’Athènes.

Étant parti pour un reportage photo pour l’office du tourisme de l’Attique, je n’ai pas vraiment eu le temps de m’attarder à Athènes. J’ai pu voir l’acropole ainsi que la colline du Lycabette où se trouve aujourd’hui une petite chapelle. il y a d’ailleurs un fait intéressant qui relit ces deux endroits : l’acropole étant dédié à la déesse Athéna aucun bâtiment de la ville ne peut être plus haut que le temple de la déesse car seuls les Dieux peuvent être près des cieux. Or, il s’avère qu’un bâtiment est plus haut que l’acropole ; vous l’aurez deviné, il s’agit de la petite chapelle orthodoxe qui se trouve sur la colline du Lycabette. J’y vois ici un pied de nez de l’église orthodoxe qui comme toutes les religions monothéistes a choisi de dire que c’est elle qui est la plus proche du ciel et donc la plus importante.

Sur cette photo vous voyez la vue du mont Lycabette. Certes, ce n’était pas une journée ensoleillée, les nuages était bien présents. Cela dit, Athènes est une ville très polluée, donc même quand il y a du soleil on ressent toujours un certain inconfort comme si un voile était posé sur nous. L’intérieur de la petite chapelle est mignon mais pas de quoi non plus être transcendé. C’est la vue sur la ville qui est intéressante. On peut notamment voir qu’elle s’étend sur de nombreux kilomètres jusqu’aux montagnes qui sont à côté. En effet, la région d’Athènes est la plus peuplée de Grèce avec 5 millions d’habitants.

Sur cette photo vous pouvez voir un peu perdu au milieu des arbres le temple dédié à Athéna et à Héphaïstos. Ce dernier était considéré comme beaucoup trop laid pour rester sur l’Olympe et avait donc été chassé par Zeus. Il résidait au cœur d’un volcan, là où il avait fait sa forge. Il me semble que c’est Socrate et ses disciples qui se donnaient rendez-vous devant ce temple dans l’antiquité afin de débattre de philosophie, de politique et de bien d’autres choses. La place devant ce temple s’appelle l’agora.

L’acropole est vraiment un lieu incroyable. La couleur des murs, la lumière qui rebondit sur ceux-ci, et la paix qui y règne. Oui, je dis bien la paix, car même si il y a des hordes de touristes l’ambiance y est tout de même apaisée. J’imagine qu’il est plaisant de prendre son temps et de se balader parmi ses monuments, de plonger dans ses pensées, d’imaginer toutes les histoires qui ont pu être racontées et tous les moments de vie qui s’y sont passés.

La suite du voyage nous emmène sur l’île de Cythère. Cette île se trouve entre la mer Égée à l’est et la mer Méditerranée à l’ouest. Même si elle n’apparaît pas comme faisant partie de l’Attique en raison de sa situation géographique elle fait pourtant bien partie de cette région. Cythère est en grande partie reliée à la déesse Aphrodite car selon une des légendes qui l’entoure c’est ici qu’elle serait née. En effet, Gaïa (la Terre) souhaitait punir Ouranos (le Ciel) car celui-ci l’obligeait à garder ses enfants dans ses entrailles. C’est le titan Cronos, qui pour venger sa mère, trancha les parties génitales d’Ouranos afin qu’il ne puisse plus la tourmenter. De l’écume du membre divin tranché se forma une fille qui, emportée par le vent, toucha d’abord l’île de Cythère pour finir sur l’île de Chypre. Aphrodite était née. Les deux îles se bagarrent un peu pour avoir la pérennité de la naissance de la déesse de l’amour.

L’île de Cythère compte peu d’habitants. Ils sont en effet 4000 à habiter le petit caillou perdu entre deux mers de manière permanente. Il est d’ailleurs assez intéressant de constater que les enfants nés sur l’île sont généralement basés en Grèce continentale ou bien dans la diaspora grecque, principalement en Australie. Il est difficile pour les jeunes de se voir rester à Cythère car les perspectives d’avenir sont minces. L’île se remplit tout de même lors de la période estivale (qui en Grèce dure longtemps). Cythère est alors en surpopulation mais cela permet aux habitants de vivre le reste de l’année avec les recettes faites pendant ces quelques mois.

J’ai visité quelques uns des lieux les plus jolis de l’île à commencer par Chora, la capitale de l’île, qui compte 260 résidents permanents. Ce qui fait la particularité de cet endroit c’est évidemment les ruelles que l’on sillonne. Les murs blancs reflètent la lumière du soleil, alors qu’on se rend au restaurant après avoir fait un tour au château en ruines. La vue sur Chora est d’ailleurs très belle. On prend plaisir à admirer le clocher et les petites maisons qui s’étendent devant nous.

Pour parfaire l’expérience, je vous conseille également de vous rendre à Chora tôt le matin afin de voir les boutiques ouvrir et la vie commencer à s’organiser dans les rues. Sur la place du village on entend les clés tourner dans les serrures des cafés. C’est l’heure de se retrouver entre amis et de prendre le temps de savourer la chaude lumière du soleil qui baigne la place du village.

Si vous êtes féru.e.s de randonnée, Cythère est sûrement l’île qui compte le plus de chemins. C’est définitivement la meilleure manière de découvrir Cythère car ceux-ci nous font passer par des endroits où l’on n’aurait jamais mis les pieds autrement. Équipez-vous correctement et munissez-vous de votre plus chouette bâton de randonneur afin de ne pas vous blesser en descendant une pente et de préserver votre énergie aussi. Au niveau de l’équipement, j’imagine que quel que soit l’endroit où vous êtes vous savez où trouver les bons plans. Je vous donnerai quand même quelques adresses si vous êtes au Canada ou en France. Une des choses les plus importantes reste la carte pour ne pas vous perdre. Soit vous êtes un.e traditionaliste et vous ne sortez jamais sans votre carte en papier, soit vous aimez la technologie et vous prenez l’app Maps.me. Le but est de télécharger les cartes avant de partir (quand vous avez du WiFi ou de la 4G en fait). C’est définitivement le meilleur outil que j’ai pu avoir pendant mes pérégrinations.

Revenons à Cythère et à une randonnée en particulier qu’il vous faudra faire si vous vous y rendez : celle qui commence à Mylopotamos et qui finit à la plage de Kalami. Ayant manqué de temps, je n’ai pas pu la faire en entier malheureusement. Cela dit, elle part du centre du village et vous fait passer par un chemin verdoyant très simple à arpenter. Il y a selon moi deux intérêts principaux à cette randonnée : les 22 moulins à eau qui bordent le sentier et dont certains ont été reconstruits par des habitants et la cascade de Fonseca dans laquelle vous pouvez vous baigner. L’eau est fraîche et c’est un endroit un peu idyllique.

C’est un bel endroit où les maisons sont magnifiques, les restos charmants et l’eau cristalline. C’est exactement l’image qu’on se fait de la Grèce et de ce que l’on peut vouloir y trouver. Pour Avlèmonas, je vous recommande de prendre le temps de parcourir les rues et de vous arrêter dans les cafés. On y mange du poissons frais et de la très bonne cuisine grecque. C’est un régal ! Il y a pas mal de chemins de randonnées qui s’y rendent. Mon avis est simple : une bonne rando et hop on va plonger dans l’une des criques ! Plaisir garanti !

Je pense que la force de Cythère réside dans ces petits villages et la variété des chemins de randonnée. Si vous êtes plutôt plage et farniente c’est possible aussi mais je pense que ça n’est pas forcément la destination à privilégier pour juste poser ses fesses sur du sable car l’île a beaucoup de choses à offrir. Il vous faudra pas mal de temps pour la parcourir et la connaître. Cythère demande de la curiosité. Si de prime abord sa beauté n’est pas comparable à celle, bien connue, de Santorin par exemple, elle sait se faire apprécier et charmer par son atmosphère et ses activités de plein air. C’est définitivement une île à visiter.

Où loger à Cythère (Where to stay in Kythera) :

Hôtel El Sol (El Sol Hotel) : Kapsáli 801 00, Grèce (tel. : +30 2736 031629)

Où acheter du matériel de randonnée si vous êtes à Montréal, Canada (Where to buy hiking gear if you are from Montréal, Canada) :

La Cordée : 5190, Boulevard Saint-Laurent, Montréal, QC, H2T 1R8

Plein Air Entrepôt : 1451 Avenue du Mont-Royal E, Montréal, QC, H2J 1Y9

Décathlon : 705 rue Sainte-Catherine O, Montréal, QC, H3B 4G5

Où acheter du matériel de randonnée si vous êtes à Toronto, Canada (Where to buy hiking gear if you are from Toronto, Canada) :

Mec : 300 Queen St West, Toronto, ON, M5V 2A2

Arc’teryx : 339 Queen St West, Toronto, ON, M5V 2A4

Où acheter du matériel de randonnée si vous êtes à Paris, France (Where to buy hiking gear if you are from Paris, France) :

Décathlon : 23 Boulevard de la Madeleine, 75001 Paris

Au Vieux Campeur : 26 rue des Écoles, 75005 Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.